A nouveau le Japon !

Jeudi 18 octobre

16:45, 18/10/2018 .. 0 commentaires .. Lien

Nous arrivons au dernier jour de notre voyage.

Ce matin nous allons visiter Uji à un gros quart d'heure de Kyoto. Uji est la capitale du thé vert. A peine débarqués du train, nous sommes déjà en train de déguster une tasse de thé gracieusement offerte par la première commerçante chez qui nous entrons. Nous flanons dans les petites rues du centre ville où toutes les boutiques sont dédiées aux thé vert, utilisé en breuvage ou de façon moins conventionnelle dans des spécialités culinaires, patisseries, glaces, pâtes, etc... Il en va du thé comme du vin, il y a des crus très différents, Sencha, Gyokuro, Kabusecha, etc...  et du coup on manque un peu de culture (du thé :-).

Uji est aussi connue pour ses temples. Mais les temples c'est comme le reste, point trop n'en faut, donc nous nous contentons de photos de l'extérieur. Nous continuons notre balade sur la promenade qui longe la rivère Uji, avant de reprendre le train pour Inari pour y visiter le sanctuaire Fushimi Inari Taischa. 

C'est le plus grand sanctuaire shinto du Japon, dédiée à Inari la déesse du riz. Mais la véritable attraction consiste à suivre le chemin qui grimpe dans la forêt sous plus de dix mille torii pour atteindre le mont Inari où se trouve un petit lieu de recueillement. Ces torri rouge vermillon sont financés par des hommes d'affaires ou des sociétés qui espèrent ainsi la prospérité. Au retour on peut lire (enfin, voir) le nom des généreux mécènes. Nous mettrons 2h à faire cette randonnée. Beaucoup de touristes se contentent de faire quelques mètres et s'en vont.

Nous rentrons à Kyoto et après avoir pris un peu de repos nous partons visiter le marché Nishiki qui se tient sous une très longue arcade. On y trouve tous les ingrédients nécessaires à la cuisine traditionnelle de la ville. On peut le comparer au marché de la Part Dieu. Et ici aussi les touristes sont nombreux. On peut y faire des dégustations, notamment des minuscules poulpes en brochette, des tout petits crabes, des énormes huitres (plus de 15cm de long), ou des chataignes grillées.

Nous rentrons rapidement car nous devons préparer notre valise. Demain nous devons prendre le train pour l'aéroport à 5h45 et nous sommes à une demi-heure de la gare ...

Nous ne sommes pas déçus par ce second voyage et le Japon est bien loin de nous avoir livré tous ses secrets.  

Arrière boutique d'un magasin de thé

Une des nombreuses boutiques de thé

Le temple Byodo-in à Uji

Vers le mont Inari à travers les torii

Lieu de recueillement au sommet

Au retour 

Quelques noms lisibles

Une fontaine de purification

Au marché

Grosses chataignes grillées

Légumes en macération dans ???

 


Publié à 16:45, le 18/10/2018, Kyoto
Mots clefs :

Mercredi 17 octobre

17:32, 17/10/2018 .. 0 commentaires .. Lien

Aujourd'hui nous visitons Nara à une quarantaine de kms de Kyoto. Nara est une petite ville mais très visitée car c'est une ancienne capitale et la plupart de ses bâtiments sont classés au patrimoine de l'Unesco.

Tout s'organise autour d'un immense parc où se promènent des milliers de cerfs qui viennent à la rencontre des touristes pour réclamer de la nourriture. A chaque coin de rue on vend des biscuits prévus à cet effet. Il faut malgré tout se méfier car ces bestioles peuvent mordre. 

Avant de rentrer dans l'enceinte du temple Kofuku-ji nous contemplons sa pagode à 5 étages qui se reflète dans l'étang en contrebas. Nous visitons la salle du Trésor qui abrite plusieurs statues très anciennes dont une tête de bouddha en bronze de 865, une statue de Kannon en bois laqué et doré du 12ème s. et un Ashura (gardien de la Loi) du 8ème s. à trois têtes et six bras. Là encore, dommage mais pas de photos. 

Nous poursuivons vers le Todai-ji. Ici on fait dans le lourd. Après avoir passé une porte monumentale on marche vers le pavillon central. Ses 48,5m de hauteur et 57m de large en ferait le plus grand édifice en bois au monde. Il abrite une statue en bronze doré du "Daibutsu Vairocana, le Bouddha cosmique assis sur une fleur de lotus en état d'illumination" (dixit mon guide). Avec une taille de 15m et un poids de 250t c'est le plus grand bouddha en bronze du monde. A l'arrière du bâtiment il y a un trou dans un pilier de la taille de la narine du bouddha. Ceux qui parviennent à s'y glisser iront au paradis. Jm essaie mais il est trop large d'épaules. Pas de chance !

La promenade à travers le parc nous mène au sanctuaire Kasuga Taisha réputé pour ses 3000 lanternes données par les fidèles au cours des siècles. Les lanternes de pierre recouvertes de mousses jalonnent les allées. Nous profitons de l'atmosphère sans aller plus loin dans la visite. 

Nous gagnons le quartier de Naramachi pour aller flaner dans ses petites ruelles bordées de maisons traditionnelles en bois qui accueillent commerces, ateliers, cafés ou petits musées comme celui où on peut se procurer des migawari-zaru, petites figurines de satin rouge et blanc représentant un singe et censées protéger les habitants de la maison de la maladie et du malheur. 

Avant de rentrer nous visitons la ville et sa longue arcade un peu vieillotte mais authentique. 

le reflet de la pagode dans l'étang

La pagode à 5 étages

Les cerfs du parc de Nara

La porte du Todai-ji

Le pavillon central abritant le bouddha

Le grand bouddha assis

Visite scolaire

L'allée bordée de lanternes de pierre

Des lanternes de pierre

Migawari-zaru

Radio locale au détour d'une allée

Petite patissière 

 

 


Publié à 17:32, le 17/10/2018, Kyoto
Mots clefs :

Mardi 16 octobre

17:39, 16/10/2018 .. 0 commentaires .. Lien

Nous quittons la côte ouest et ses petites villes pour Kyoto. Nous voyageons dans d'étroites vallées où l'espace réservé aux cultures est très contraint. La montagne et la forêt sont toujours présentes; Une rapide recherche documentaire nous apprend que les montagnes occupent plus de 70% des terres de l'archipel, la forêt occupe les 3/4 de l'espace et que les plaines ne représentent que 16% du territoire.

Nous arrivons à Kyoto où nous sommes déjà venus l'an dernier mais il y a tant à voir dans cette ville que ce n'est pas un problème. Nous cafouillons un peu pour trouver notre hôtel pourtant ça avait l'air si simple sur le plan ... Et seconde déconvenue, en déballant nos affaires nous nous apercevons que nous avons oublié notre adaptateur à l'hôtel ce matin. En effet ici les prises sont à 2 broches plates et la tension est de 100V, donc nous avons absolument besoin de ce petit accessoire. 

Nous allons tout d'abord visiter le temple Sanjusangen-do qui date du 13ème siècle et est dédié à la déese Kannon. La salle principale mesure 120 m de long. On trouve à l'intérieur 1000 statues de la déesse debout et devant au centre une grande statue (3m) de la même déesse assise. Ces statues sont en cyprès doré. Et devant, 28 statues de divinités d'origine hindoue censées protéger Kannon. Il est malheureusement absolument interdit de photographier mais vous pouvez voir des images sur ce site : https://www.ancient.eu/Sanjusangendo/   . Les statues sont classées "Trésor National".

Nous empruntons la voie piétonne qui longe la rivière Kamogawa où s'ébattent quelques canards pour rejoindre la zone commerçante et essayer de trouver un adaptateur. Le magasin dans lequel nous rentrons en a bien mais nous ne sommes pas certains que le modèle que le vendeur nous propose  convient. Le chef de rayon arrive et comprend à notre accent que nous sommes français. Nous bavardons et il nous apprend que lui-même est français de père algérien et de mère italienne, marié à une italienne, et qu'il vit depuis 10 ans au Japon. Il nous parle des difficultés de vivre au Japon en temps qu'étranger et nous confie entre autres que la mafia japonaise est toujours active notamment dans le business des grands magasins. Jm est très interessé car il vient juste de finir un livre sur le sujet. 

Nous terminons la journée par une balade dans les galeries couvertes et sur la grande artère où se bousculent les magasin de luxe. 

Départ de Kinisaki Onsen

Vue du train

Depuis le train

Depuis le train

Temple de Sanjusangen-do

id

Reprise d'une carte postale

En cheminant au bord de la rivière

En petit creux

Tshirt pour chien ...

 

 


Publié à 17:39, le 16/10/2018, Kyoto
Mots clefs :

Lundi 15 octobre

15:23, 15/10/2018 .. 0 commentaires .. Lien

Nous quittons Tottori pour Kinosaki Onsen. Le train roule à travers les forêts et les montagnes, s'enfoncent dans des tunnels pour ressortir en bord de mer et nous laisser entrevoir des criques et des petits ports. A chaque déplacement nous sommes toujours étonnés de voir un pays aussi vert et montagneux.

Kinosaki Onsen est une station thermale qui compte pas moins de sept bains publics, d'ambiance et d'architecture différentes situés dans le petit centre ville qui s'étire autour de la rivière Otani.

Comme à Nagasaki nous arrivons en plein festival. Les petites rues sont parcourues par des chars décorés et suivant une chorégraphie que nous ne comprenons pas mais qui ravit la foule. 

D'après nos informations il y a à deux pas un téléphérique qui monte au sommet du mont Daishi qui surplombe la ville et permet d'avoir une belle vue sur la ville, l'embouchure de la rivière Maruyama et la mer. Mais pour une raison que nous ignorons c'est fermé aujourd'hui. Comme rien ne nous arrête nous montons à pied. Heureusement notre ascension très sportive est bien récompensée par la vue qu'on a du sommet. 

Il est temps de redescendre, de regarder encore les chars, de prendre notre chambre - dans un ryokan - et d'aller profiter des bains. La mode ici est de se promener dans la ville en yukata (kimono en coton léger) et geta (sandales à semelles de bois) et d'aller ainsi de bains en bains. En fin de journée le centre ville résonne du clac-clac des semelles sur le bitume. 

Avec notre chambre aujourd'hui nous avons le repas. Repas traditionnel japonais, le kaiseki. II s'agit d'une succession de plats en petites portions que la maitresse de maison nous apporte en nous donnant des conseils de dégustation. Pattes de crabe, plusieurs poissons et crevettes crus, différentes soupes, différentes sauces, pâtes avec oeuf et légumes cuits devant nous, énorme bulot farci façon coquille saint-Jacques, petit flan, champignons, chataigne et potimarron, thé, etc ... et pour finir une petite boule de glace avec une tranche de gateau au thé matcha et des fruits. Ce qui nous déroute c'est que tout est presque servi en même temps et qu'on ne perçoit pas l'enchainement des saveurs. 

Après ce repas de fête servi à 18h30 nous sortons pour une agréable balade le long de la petite rivière bordée de saules pleureurs et éclairée de jolies lanternes.

Petite crique vue du train

Centre ville de Kinosaki Onsen

Centre ville Kinosaki Onsen

 Char sur le pont

Petits festivaliers

Un char

Défilé au son du tambour

Source chaude dans la rue

Vue du sommet 

Défilé

Deux chars en confrontation

Jolie lanterne

 

 

 


Publié à 15:23, le 15/10/2018, Kinosaki
Mots clefs :

Dimanche 14 octobre

15:04, 14/10/2018 .. 0 commentaires .. Lien

Nous quittons Matsue pour Tottori à 1h30 de train. Nous traversons des paysages très variés : petites villes, collines boisées, rivières, bord de mer, petits ports, campagnes. Partout des kakis qui font bien envie. Ici c'est le Japon rural bien éloigné des grandes villes.  

Nous arrivons à Tottori, ville assez importante, surtout connue pour ses dunes. Après avoir déposé notre valise à l'hôtel, nous nous dirigeons vers l'arrêt de bus, sans avoir pu auparavant résister aux brioches de la patisserie "Vie de France" toute proche, et 20 minutes plus tard nous nous retrouvons au pied des dunes. Ces dunes sont un phénomène naturel créé par les sédiments apportés des montagnes du Chugoku par la rivière Sendaï jusqu'à la mer du Japon. Le site s'étend sur 16km de long et 2km de large. La hauteur varie mais dépasse rarement 50 mètres.

Le site est très fréquenté d'autant plus que nous sommes dimanche. Les gens viennent en famille et il y a aussi beaucoup de touristes. Il faut reconnaître que c'est agréable et dépaysant. Diverses activités sont proposées : promenade à dos de chameau (très kitsch !), parapente, visite du musée de sable. 

Nous nous éloignons de la foule pour marcher au bord de la plage (qui mériterait d'être nettoyée) et aller voir de plus près des gens qui font du delta plane. Nous continuons notre balade dans les dunes avant de rentrer à Tottori. La ville est bien calme et la visite est rapide. 

Nous dinons d'une soupe de coquillages et d'un horu soba dans un restaurant tenu par une dame très accueillante qui est même allée jusqu'à nous proposer des fourchettes (en plastique). 

Sur le quai d'une gare

Un oasis dans les dunes

Jeux au bord de la mer du Japon

Parapente dans les dunes

Delta plane dans les dunes

Balade dans les dunes

Promenade à dos de chameau

Retour à Tottori

Mise en lumière

Un horu soba tout frémissant

 

 


Publié à 15:04, le 14/10/2018, Tottori
Mots clefs :

{ Page précédente } { Page 1 sur 11 } { Page suivante }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Album photos
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

La carte des lieux visités




Sites favoris


Rubriques


Derniers articles

Jeudi 18 octobre
Mercredi 17 octobre
Mardi 16 octobre
Lundi 15 octobre
Dimanche 14 octobre

Amis